Menace d’expulsion du squat du Plan B

Ouvert à la fin de l’année 2018 pour mettre à l’abri des jeunes exilés isolés, le plan B est menacé d’expulsion suite au passage d’un huissier. Communiqué.

Le 13 décembre 2018, parce que près de 30 jeunes étaient à la rue (faute de mise à l’abri par le Département qui a été condamné depuis), un local de 100m2 vide depuis 1 an a été réquisitionné par un collectif de citoyen.ne.s.

Depuis, au moins 542 jeunes y ont été accueillis au moins une nuit. Le 13 mars 2019, après une plainte du propriétaire, un huissier était venu constater l’occupation pour assigner les jeunes en justice. Un an après l’ouverture du lieu, le 18 décembre 2019, accélération de la procédure : nouveau passage de l’huissier au plan B et communication de la date d’audience, ce sera le 5 mars 2020.

Cette procédure juridique aboutira à une expulsion, reste à savoir dans quel délai... Actuellement, 40 jeunes vivent au Plan B. Ces jeunes sont en recours juridique pour faire reconnaître leur minorité. Il n’existe pas de statut adapté le temps du recours leur permettant d’obtenir un hébergement. Si une telle expulsion avait lieu, 40 jeunes se retrouveraient donc dans les rues de Tours. Sans compter les nouveaux jeunes qui souhaiteront faire un recours, les primo-arrivants, pas encore évalués, qui se présentent au Conseil Départemental en dehors des horaires d’ouverture...

Le collectif Plan B appelle donc à soutenir les jeunes habitants du lieu :

  • en diffusant ce communiqué
  • en suivant les informations relatives au procès pour vous tenir prêts à vous mobiliser le cas échéant
  • en préparant des attestations pour les habitant.e.s du quartier Velpeau
  • en vous mobilisant pour toutes les personnes à la rue.

Merci pour votre soutien.


Autres articles de la thématique : Logement