Se Connecter

Inscription

Réquisitions de logements vides : à Angers, la Grande Ourse est menacée d’expulsion

|

La Grande Ourse, qui s’occupe notamment de la CPAM réquisitionnée à Angers, passe en procès au Tribunal de grande instance de la ville. Appel à soutien de la cantine du Panda pour la journée du 6 novembre.

Ouverte depuis le 3 septembre dernier, La Grande Ourse naît de trois constats. Le premier se situe au niveau national : il s’agissait de réagir au projet de loi ELAN. Les deux autres se jouent au niveau local, avec en premier lieu la crise de l’hébergement d’urgence des personnes sans-abris sur la ville d’Angers : à la halte de nuit du 115, ce sont chaque soir 20 à 30 personnes laissées sans solutions. Pour les personnes en demande d’asile, comme pour les sdf nés en France : situation d’accueil déplorable, droits bafoués pour une très large catégorie d’invidu.e.s (mineur.e.s, familles avec parfois enfants en bas âge, ou femmes enceintes) et multiples évictions des squats habitatifs – où ces personnes peuvent se réfugier quand il n’y a plus de solution. Le second versant de cette crise locale concerne la question du logement des étudiant.e.s. Face à l’inflation de l’immobilier, le nombre de jeunes qui n’ont pas trouvé d’hébergements en ce début d’année a simplement explosé.

Face à cela, la Grande Ourse a ouvert ses portes avec pour objectif de palier au mieux ces crises en proposant en son sein, et avec la force de simples bénévoles, des solutions d’hébergement à des individu.e.s en situation de grande vulnérabilité – familles, femmes seules, sdf ou étudiant.e.s, subissant ces décisions politiques. Elle a fait son nid dans l’ancienne CPAM du quartier de la Doutre, laissée à l’abandon depuis plusieurs années, et que le propriétaire actuel souhaite vendre pour la raser et construire à sa place un parking. Alors que le compromis de vente n’est pas encore signé, que les dates de démolition restent floues, et face à l’urgence que pose cette crise du logement et de l’hébergement, il devenait plus que légitime d’investir immédiatement ce lieu, même sans l’accord préalable du propriétaire ou des autorités.

Cette initiative, bien que nous la pensons plus que légitime, demeure illicite ; et nous nous retrouvons en procès pour être expulsé.e.s. Si la crise du logement ou celle de l’hébergement d’urgence vous semble, comme à nous, insupportable ; si vous voulez manifester votre soutien à notre démarche, pour que nous puissions poursuivre le plus longtemps possible notre action,

Rassemblement et pique-nique de soutien animé par la cantine du Panda Mobile, le mardi 6 novembre, à partir de midi devant le Tribunal de Grande Instance d’Angers, 39 boulevard Pierre de Coubertin.

Contre l’expulsion des réquisitions citoyennes, qui mettent des personnes à l’abri, ici ou ailleurs,
Contre la crise de l’hébergement d’urgence,
Contre la crise de l’accès au logement, notamment pour les étudiant.e.s.

Pour les réquisitions citoyennes des logements vides (+ de 12 900 libres et laissés vacants à Angers !),
Pour que les autorités prennent leurs responsabilités face à l’hébergement d’urgence (il faut au moins 100 place à Angers),
Pour une réelle politique visant l’accès au logement des personnes les plus fragiles, des étudiant.e.s, des sdf nés en France ou ailleurs.

Et toute la semaine : des activités et des ateliers, des projections et des cours de français !!
Un appel au don est aussi lancé !
A suivre sur le Facebook de la Grande Ourse



Participez !

Ce site est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !