Se Connecter

Inscription

De quoi Fabienne Colboc est-elle le nom ?

|

Femme active à succès de 45 ans et mère de famille nombreuse, Mme Fabienne Colboc est entrée en politique il y a six mois et a d’emblée largement remporté le premier tour dans la quatrième circonscription d’Indre-et-Loire face aux vieux briscards de la politique Hervé Novelli (LR) et Laurent Baumel (PS). La candidate « La République En Marche » illustre parfaitement le prétendu renouveau de la classe politique porté par le président Macron, bien sous tout rapport et consensuelle.

Titulaire d’une licence de sociologie, elle penche plutôt vers l’ingénierie sociale, complétant son parcours par quelques formations plus ou moins consistantes. Elle a suivi des cours en « analyse transactionnelle » puis en « programmation neuro-linguistique » mêlant approche psychosociale anglo-saxonne et baratin sur les neuro-sciences qui annoncent des méthodes pour apprendre à utiliser son cerveau comme une « super bio-machine ». Mme Colboc a aussi suivi des stages à 300 euros les deux jours en Enneagramme [1], sorte de programme semi-ésotérique, semi-charlatan et semi-psychologie pour les nuls qui mélange spiritualité védique et discours de gourous américains du développement personnel. Elle se dit également certifiée en « coaching personnel » auprès d’un organisme privé lyonnais qui délivre une pseudo-attestation qui n’a de concrète que le prix [2].

Rompue aux anglicismes, aux sigles et au jargon savant de la ressource humaine, Mme Colboc maîtrise les attentes et techniques américaines de néo-management par projet, par équipe et par la valorisation des « compétences, et potentiels tout en défiant ses croyances limitantes » . Elle propose des services de bilan de compétence pour chômeur stressé, du « life-coaching » pour quarantenaire en crise, du « coaching d’ados » pour enfants de bourgeois délaissés par leurs parents trop occupés, et des méthodes pour « parfaire son leadership » à des cadres en manque d’autorité. En tout cas, son truc, c’est rendre service pour

« Réussir dans sa mission de manager, Monter en compétences, Être performant, Développer son potentiel, son savoir-être et ses talents, Mettre en place une stratégie gagnante dans sa vie, professionnelle et personnelle » [3].

Fabienne Colboc est depuis 2015 consultante free-lance auprès du groupe Aksis, spécialisé dans « le retour à l’emploi » et les PSE. Derrière ce sigle abscons qui signifie « Plan de Sauvegarde de l’Emploi » se cache une réalité plus grinçante : gérer les reclassements après un plan social et des licenciements. Nul doute que la réforme du code du travail ne tirera pas grande larme à cette professionnelle de « l’activation des réseaux pro ».

Mme Colboc est par ailleurs fondatrice d’un cabinet de coaching à Tours, et elle donne aussi dans la chronique médiatique (Radio-Campus puis TV-Tours) [4], activité idéale pour parfaire sa visibilité, sa notoriété et trouver une clientèle select qui aura des étoiles dans les yeux en recevant les conseils en développement personnel de la part d’une star locale du petit écran. Passionnée de mode, elle a possédé une petite boutique à Tours désormais liquidée, mais dispense gracieusement des conseils mode et lifestyle sur Facebook sur son profil spécialisé [5].

Bref, une entrepreneuse/consultante polyactive, un individu en formation permanente, spécialisée dans les services à la personne et au salarié, « optimiste, enthousiaste et empathique », toujours à l’écoute et issue de la société civile pour « apporter un vent de fraîcheur et réenchanter la politique ». Elle incarne exactement le travailleur type de l’économie de demain voulue par Emmanuel Macron et le citoyen enthousiaste à l’esprit critique proche du zéro Kelvin. Peu importent les valeurs, les connaissances historiques, politiques, économiques et philosophiques ; peu importe la connaissance du monde du salariat puisqu’elle est liée à l’entreprise, même si elle brasse essentiellement des cadres ; peu importe la connaissance des institutions et du rapport de force politique, elle a un bon état d’esprit, sait apprendre et puis « quand on veut on peut ».

Mme Colboc est aussi la parfaite représentante de cette nouvelle génération qui fait de la politique comme on fait de la télé-réalité : quelques slogans en guise de programme sur son compte twitter [6], des selfies lors des distributions de tracts pour Facebook [7], une campagne réduite à sa plus simple expression et lancée trois semaines avant l’échéance, un site internet pour recruter des militants [8], une ou deux réunions publiques encadrées par des des pros de « La République En Marche » descendus de Paris, quelques meetings et passages obligés chez des paysans, des sportifs et dans des maisons de retraites, un pique-nique citoyen, de l’optimisme, de la bonne volonté et du « bon sens » en guise de culture politique, et hop c’est parti, on considère une campagne électorale comme une sorte de défi personnel ou un fantasme de la chose publique. Pourtant, lors de sa prestation catastrophique lors d’un débat sur France 3 Région Centre, elle a montré l’étendue de son ignorance, au sujet même du programme du candidat qu’elle est censée soutenir. Mais ce n’est pas grave, c’est juste un « bad buzz » à gérer [9]...

Nul ne sait les dommages que ce genre de profil peut causer au corps social une fois à l’Assemblée : obéissance aveugle à Emmanuel Macron sans qui elle n’aurait pas dépassé les 1 %, projet politique indigent, inculture crasse, succès politique immédiat qui ne doit pas aller dans le sens de la remise en question et de la modestie qui sied au personnage public, trajectoire de réseautage qui induit un drôle de rapport au politique ; approche des médias par copinage ; endogamie sociale prononcée mais absolument pas vécue comme telle...

Bref, on a cinq ans pour voir ce que donnera cette docile néo-technocratie du faux renouveau.


P.-S.

Par Joséphine Kalache - Juin 2017
Image © Copyright 2017 CPDL | Tous droits réservés