Se Connecter

Inscription

Mort d’Angelo Garand : fin de l’instruction judiciaire, la famille poursuit le combat !

|

La juge d’instruction en charge du dossier sur la mort d’Angelo Garand, tué par le GIGN à Seur le 30 mars 2017, a annoncé à la famille que l’information judiciaire touchait à sa fin. Deux gendarmes ont été mis en examen dans cette affaire. Communiqué de la famille Garand, qui se bat pour obtenir « Justice et Vérité » , à la fois en tant que partie civile dans la procédure judiciaire, mais aussi par la mobilisation dans l’espace public.

Le 30 janvier dernier a encore été pour notre famille une journée particulière. Chaque 30 du mois est une journée particulièrement bouleversante, depuis que notre proche Angelo Garand, un Voyageur de 37 ans, a été abattu sans sommation de 7 balles au thorax par un commando de l’antenne du GIGN de Tours venu l’interpeller chez nos parents, le jeudi 30 mars 2017 vers 13 heures, à Seur (41).

« Nous savons le sort trop souvent réservé aux affaires mettant en cause les forces de l’ordre »

10 mois plus tard jour pour jour, ce 30 du mois de janvier, une nouvelle marquante est tombée. Nous avons appris par un courrier de la juge d’instruction ayant mis en examen, contre l’avis du procureur, les deux gendarmes auteurs des tirs mortels, que l’information judiciaire dans laquelle nous sommes parties civiles touche désormais à sa fin. Nous entrons ainsi au plan judiciaire dans une nouvelle phase de notre combat, lourde d’incertitudes. Il nous faut maintenant attendre les réquisitions du parquet sur les suites à donner ou pas. Cela peut prendre jusqu’à trois mois. Ensuite nous connaîtrons l’issue dont décidera la juge, qui pourra suivre ou non l’avis du parquet. Si les charges sont estimées suffisantes, alors un procès pourra avoir lieu. Dans le cas contraire, il sera mis fin à la procédure par ce qu’on appelle une ordonnance de « non-lieu ». Nous savons que tel est le sort trop souvent réservé aux affaires dans lesquelles sont mises en cause des forces de l’ordre.

Notre attente, en apnée, va être longue. Mais nous gardons l’espoir que la Vérité puisse être dite dans une cour de justice sur les conditions dans lesquelles Angelo a été mis à mort, au terme d’un assaut brutal et disproportionné, dont nos proches présents ont été à la fois les victimes et les témoins terrorisés. Nous continuerons à tout mettre œuvre pour informer la population de notre version des faits et du combat que nous menons, avec tant d’autres familles de victimes tuées ou blessées entre les mains des forces de l’ordre, pour que soient enfin reconnus et refusés par le plus grand nombre ces abus de pouvoir violents commis au nom de l’État. « Pas de justice pas de paix » n’est pas seulement un slogan de Marche, c’est la réalité de nos cœurs, et c’est profondément la situation de notre société.

L’engrenage carcéral en débat à Blois

En lien à ce combat contre les violences policières, nous tenons aussi à questionner l’ensemble d’une chaîne pénale ciblant et réprimant toujours plus durement, par des peines de prisons, les plus pauvres, les plus précaires, les plus discriminés. C’est pourquoi avec notre collectif de soutien Justice pour Angelo, le 23 février nous organisons à Blois une conférence-débat sur ce thème : « L’Engrenage carcéral : peut-on en sortir ? », dès 19h à l’auditorium Abbé Grégoire (4-6 place Jean-Jaurès, face à la Halle aux Grains, entrée en libre participation). Nos discussions seront introduites et animées par :

  • Patrick MAROT de l’Observatoire International des Prisons ;
  • Sébastien BOCHE de la Ligue des Droits de l’Homme section d’Indre-et-Loire (LDH37) ;
  • Nadia MÉNENGER, auteur de « A ceux qui se croient libres » (L’insomniaque, 2015)

A partir du tragique destin d’Angelo, nous souhaitons ainsi contribuer à sensibiliser à ces questions rarement abordées sérieusement dans l’espace public : qui met-on en prison, pour quels motifs, dans quelles conditions et avec quels effets, que ce soit pour les détenus, leurs proches, l’ensemble de la société ?

Nous voulons aborder ces sujets dans le débat public, portant sur l’inflation carcérale, les terribles conditions de détention et les obstacles à la réinsertion, parce que nous n’oublions pas qu’Angelo avait été condamné à l’engrenage carcéral à l’âge de 22 ans, pour une conduite sans permis et une petite bagarre. Il a été abattu à 37 ans au cours d’une intervention de gendarmerie violente, visant à le ramener en prison car six mois plus tôt, incarcéré pour vol, il n’avait pas regagné la maison d’arrêt de Vivonne (86), après une permission de sortie familiale d’une journée. Sur les 15 années écoulées entre sa première peine de prison et sa mise à mort en guise de dernière interpellation, il aura cumulé au total près de 13 ans de détention. Nous ne l’oublions pas et nous refusons de laisser dire ou croire que cela faisait de lui un individu dangereux, à abattre sans sommation.

Dans l’attente des décisions judiciaires à venir, plus que jamais nous poursuivons nos actions. Après cette première conférence-débat du collectif Justice Pour Angelo, nous serons présents le 17 mars à la Marche des Solidarités à Paris, qui rassemblera nos familles de victimes de la violence des forces de l’ordre, et les collectifs de sans-papiers et de migrants qui subissent aussi la violence et le racisme d’État. Et nous nous préparons à commémorer Angelo un an après sa mise à mort, les 30 et 31 mars à Blois.

La famille Garand et ses soutiens,
Le 4 février 2018


P.-S.

© Photo : Angelo par Kkrist Mirror


Participez !

Ce site est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !