Se Connecter

Inscription

Au Mans, une conférence antiféministe organisée par l’extrême droite

|

Le 25 septembre, un masculiniste et des anti-féministes notoires sont invité-es à échanger sur la question du féminisme par un catholique traditionaliste proche du Front National, dans une salle municipale de la ville où Marlène Schiappa était adjointe au maire. Décryptage.

Le week-end dernier se tenait à Paris l’université d’été du féminisme, organisée par Marlène Schiappa, secrétaire d’État chargée de l’Égalité entre les femmes et les hommes. Avant d’entrer au gouvernement, Schiappa fut d’abord adjointe au maire en charge de l’égalité dans la ville du Mans, où se tiendra le mardi 25 septembre 2018, une soirée pour le moins surprenante sur le thème : « Féminisme : où va-t-on ? ». Cette soirée aura lieu dans la salle municipale Le Royal, dans les quartiers sud.

PNG - 625.2 ko
Source : Page Facebook "Les discussions du Maine"

Si elle fait l’objet de notre attention, c’est que cette soirée est organisée par la toute nouvelle association Les Discussions du Maine, dont le porte parole Louis de Cacqueray-Valmenier est aujourd’hui conseiller municipal du Rassemblement National au Mans. Mais laissez-nous vous présenter les participant.e.s à cette soirée.

Louis de Cacqueray est issu d’une famille catholique traditionaliste, dont l’abbé de Cacqueray, l’un des dirigeants du mouvement intégriste Civitas, est « le cousin de papa ».

PNG - 415.7 ko
Source photo : Huffingtonpost.fr

On peut le trouver à gauche sur la photo ci-dessus faisant une quenelle (un signe antisémite chère aux tristement célèbres polémistes Dieudonné et Soral) en compagnie de Joseph-Felix Quiñones (à droite), un militaire de carrière, fasciste assumé et militant FN de la Sarthe (cf. photo ci-dessous). Et au centre de cette image on peut aussi apercevoir Marie d’Herbais de Thun, présentatrice historique du journal de bord de Jean-Marie Le Pen et elle-même membre de Civitas, ancienne compagne de Frédéric Chatillon, l’ancien leader du Groupe Union Défense (GUD) [1].

PNG - 1 Mo
A gauche Joseph-Felix Quiñones arborant un drapeau avec le portrait de Charles Maurras (écrivain d’extrême-droite, pétainiste et furieux antisémite) en compagnie de ses copains royalistes de l’Action Française.

« Conserver les privilèges accumulés par les hommes »

Passons aux intervenant.e.s de cette conférence. On pourra y retrouver Julien Rochedy, un ancien chef du Front National Jeunesse (2012-2014), fondateur de l’Ecole Major, une école masculiniste en ligne ouvertement antiféministe, qui propose entre autre, une formation pour « Être et rester un homme ». L’idée étant de conserver les privilèges accumulés siècle par siècle par les hommes. Son fondateur y justifie entre autre qu’un homme puisse être violent : « L’objectif est de contraindre cette violence et d’arriver à la sublimer » [2].

Après son prétendu retrait de la vie politique, ne supportant plus la présence au FN d’hommes « pas assez viriles », après s’être rapproché de l’Action Française, on le retrouve auprès d’une délégation des Républicains menée par Thierry Mariani, partie en Syrie rencontrer Bachar el-Assad en mars 2016. Vous trouverez un heureux selfie de Julien et du dictateur sanguinaire pris à cette occasion.

PNG - 204.9 ko
Source : compte Twitter de Julien Rochedy

De Jeanne d’Arc à Bachar

L’animatrice de ce week-end de rencontres en Syrie auquel participait Rochedy n’est autre que Charlotte d’Ornellas, qui sera également présente à cette soirée du 25 septembre, au Mans. Charlotte d’Ornellas, ancienne miss Jeanne d’Arc [3] est journaliste catholique et identitaire à Valeurs Actuelles. Elle est aussi animatrice de débat avec, entre autres, Patrick Buisson et le raciste et antisémite Henry de Lesquen [4]. Elle revendique sa position pro-Bachar, qu’elle rencontre à plusieurs reprises, et décrit une « Alep libérée » dans un reportage datant de 2016 où elle présente Bachar el-Assad en sauveur. Pour Bruno Gollnisch, membre du Front National : « Ses positions sociétales rejoignent les miennes ou vice-versa, j’apprécie la regarder sur TV Libertés ».

On pourra trouver également Bérénice Levet, philosophe et autrice du livre À l’attention des hommes qui aiment les femmes et des femmes qui aiment les hommes, et qui collabore avec des journaux comme Valeurs Actuelles ou Causeur. Causeur dont la directrice de la rédaction est Élisabeth Lévy, dont on ne compte même plus les déclarations islamophobes et racistes. Celle-ci affirme entre autre « le sentiment d’une amélioration de la condition féminine », que « l’égalité est aujourd’hui la norme », et qu’il n’y a pas de culture du viol car « le viol reste l’exception ». Dans un débat sur BFMTV à l’occasion de l’éclosion du mouvement #MeToo, Bérénice Levet avait par exemple déclaré : « Le féminisme aujourd’hui ne vit que d’une chose, c’est la criminalisation des hommes ». Elle qualifiait #MeToo de « mouvement de dénonciation et de délation », et décrivait « un féminisme qui se complaît dans cette posture de victime »."

L’une des autres intervenantes sera Gabrielle Cluzel, en charge du site de droite Boulevard Voltaire et autrice du livre Adieu Simone ! Les dernières heures du féminisme, paru en 2016. La page facebook de l’événement les Discussions du Maine la présente comme « du genre à coller de l’urticaire aux militantes féministes genre Chiennes de garde ». Il est intéressant de noter que le 18 novembre 2014, Boulevard Voltaire a été condamné pour incitation à la « discrimination et à la haine contre l’ensemble des musulmans » pour avoir publié une fiction politique sur l’interdiction de l’Islam. Le directeur de la publication, Benjamin Jamet, et l’auteur, Christine Tasin, islamophobes revendiqué.e.s , ont été condamnés à 1 000 euros d’amende dont la moitié avec sursis.

Mobilisation unitaire contre l’extrême-droite

Depuis l’annonce de l’évènement, il y a plus d’un mois, bon nombre d’habitant.e.s de la ville du Mans s’inquiètent de la tenue de cette soirée. De nombreux médias s’affairent à dénoncer et relayer cet événement pour le moins problématique et qui plus est, organisé dans une salle municipale. Les associations et les syndicats s’organisent et appellent à une mobilisation massive contre la tenue de cette soirée.

Pas de quartier pour les fachos, pas de fachos dans nos quartiers !



Notes

[1Le GUD est une organisation étudiante française d’extrême-droite réputée pour ses actions racistes violentes.

[3A l’occasion des fêtes johanniques, organisées chaque année par la ville d’Orléans, des membres des autorités religieuses, politiques et militaires désignent une jeune fille chargée de figurer Jeanne d’Arc.

[4Ancien président et animateur de Radio Courtoisie, négationniste, suprémaciste blanc et inventeur du concept de « race congoïde », poursuivi en justice pour injure publique, provocation à la haine raciale, et contestation de crime contre l’humanité.

Participez !

Ce site est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !