Se Connecter

Inscription

Mort de Bilal Nzohabonayo à Joué-lès-Tours : une interpellation qui dégénère en bavure mortelle ?

|

Le 20 décembre, Bertrand « Bilal » Nzohabonayo est mort, tué par la police à Joué-lès-Tours. D’après la version policière, il se serait présenté au commissariat de la ville et aurait blessé plusieurs agents avant d’être abattu. Mais une autre version émerge, très éloignée de la version officielle.

D’après la version policière, Bilal se serait présenté au commissariat de Joué vers 14 heures, et aurait agressé plusieurs fonctionnaires de police à l’arme blanche. Certaines sources ont prétendu qu’il aurait crié « Allahou Akbar » en attaquant les flics, avant d’être abattu. Le ministère de l’Intérieur a annoncé que le parquet anti-terroriste de Paris s’était saisi du dossier, laissant entendre que c’était la piste du terrorisme islamiste qui était privilégiée. Et la plupart des médias ont embrayé.

Mais une autre version commence a émerger. D’abord, Bilal n’aurait pas crié « Allahou Akbar », ce qui constituait l’un des principaux éléments pour conforter la thèse « islamiste » [1]. Et il s’agirait d’une interpellation qui dégénère en bavure plutôt que d’une agression délibérée.

D’après plusieurs sources, relayées par France 3 Centre, tout a commencé par l’attaque d’un flic récemment condamné pour violences [2]. Le 19 décembre, soit la veille de la mort de Bilal, ce policier aux pratiques de « cow boy » [3] se serait fait « éclater » alors qu’il faisait un jogging. D’après France 3, Bilal Nzohabonayo était en région parisienne à ce moment-là.

Le lendemain, Bilal aurait été interpellé alors qu’il allait dans un kebab proche du commissariat. France 3 raconte que « le kebab dans lequel il se rend se trouve à proximité du commissariat de police de Joué-lès-Tours. Sur sa route, il aurait été interpellé par des policiers désireux de connaître l’identité des deux jeunes de la bagarre de la veille. L’interpellation de Bertrand Nzohabonayo tourne mal, deux policiers sont blessés et Bertrand est abattu par un agent de police. »

D’autres témoignages disponibles sur Facebook vont dans ce sens, mais parlent aussi d’une balayette [4].

« Des flics on vu Bilal et ont cru que c’était lui. Ils l’ont interpellé de force. Bilal s’est débattu. Un flic lui a mis une balayette. Bilal a vu rouge et les a plantés. La suite vous la connaissez. »

« Ils ont été au kebab de Joué centre pour chercher qui avait agressé Loïc (le flic). Ils ont ramené [Bilal] sans preuve au poste et de là tout a dégénéré ! Aucun témoignage n’a été fait ils se sont mis a 2-3 sur lui et l’ont balayé, il a voulu se défendre en sortant son couteau sentant que la situation dégénérait. »

Le collectif « Urgence notre police assassine » indique dans un communiqué :

« Des témoins sur place affirment que Bilal ne s’est jamais présenté de son propre chef devant la porte du commissariat, mais que ce sont bien des policiers qui l’ont traîné de force devant le commissariat. »

Ce que confirme Le Point, qui écrit : « Selon [nos] informations, Bertrand Bilal ne se serait pas rendu volontairement au commissariat et n’aurait pas crié "Allah Akbar". »

On est loin de la version du méchant islamiste agressant délibérément des policiers au sein du commissariat. Mais comme dans l’affaire Rémi Fraisse, l’homme tué par la police est présenté comme un criminel dès le départ par les autorités, de manière à légitimer sa mort. Et ce avant même qu’une enquête permette d’éclairer les faits.

Illustration : commissariat central de Tours.

A lire aussi :

Joué-les-Tours : un commissariat sans histoires ?
Joué-lès-Tours : on a retrouvé les caméras du commissariat (et celles placées autour)
Joué-lès-Tours : le rassemblement pour Bilal Nzohabonayo interdit sous la pression des flics
Mort de Bertrand Bilal Nzohabonayo à Joué-lès-Tours : un nouvel accroc dans la version du procureur


P.-S.

Si vous avez d’autres témoignages à faire passer, vous pouvez contacter l’équipe d’animation du site à l’adresse suivante : contact@larotative.info


Notes

[2L’affaire avait eu un certain écho médiatique suite à la parution de cette vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=enV7lBDsMuI

[3Cf le témoignage publié ici https://www.facebook.com/dimaice.delahonda/posts/686409461477211. Un autre témoignage qualifie ses pratiques de « barbares ».

[4Action utilisée en sport de combat et dans les arts martiaux dans le but de déséquilibrer ou de faire tomber l’adversaire.