Se Connecter

Inscription

Illuminations de Noël : la ville paye, les habitants consomment, les commerces encaissent

|

En 2007, Le canard du coin publiait un article intitulé "Noël, ça coûte cher", dans lequel étaient présentées les dépenses de la ville de Tours à l’occasion des fêtes de fin d’année. Les guirlandes, ampoules et motifs lumineux installés pendant quelques semaines coûtent 400 000 euros à la mairie, pour le plus grand bonheur des commerçants qui y voient un moyen d’attirer les consommateurs. Reprise de l’article et mise à jour.

C’est joli. Beau même. Tout le monde s’accorde à l’unisson, les jeunes, les moins jeunes, les fans, ceux qui estiment quand même que c’est un gâchis, tous s’arrêtent à l’entrée de la rue Nationale ou au détour des 30 000 ampoules posées par la ville et lâchent, soufflés et rêveurs : « Oui, c’est beau ». Même ceux que ça révolte ont du mal à trouver ça laid. (...) Même si ça coûte son pesant d’or, apparemment, ça vaudrait le coup. Comme tous les ans. Et on parle d’une constante augmentation des dispositifs. Toujours plus haut, toujours plus grand.

« Vous savez ce que c’est, chacun veut sa petite guirlande maintenant »

Le Service technique de la ville de Tours est sans doute l’un des plus sollicités lors de ces fêtes de fin d’année. M. Frédéric Bois, responsable de la Division éclairages publics, parle d’un travail « agréable » même s’il insiste sur l’ampleur de la tâche : « 30 000 ampoules à placer, 680 motifs, 10 km de guirlandes, 150 rideaux lumineux… (…) La pose des dispositifs dure 1 mois et demi, le retrait 1 mois et demi également, pour 1 mois d’illuminations » [1]. Quatre mois donc de « galère » pour le service, qui « doit gérer le reste des éclairages publics en parallèle, bien sûr ». Et qui du coup, le fait dans l’urgence. « Vous savez ce que c’est, chacun veut sa petite guirlande maintenant »

En 2014, d’après le même service, ce sont « plus de 1 200 motifs et 6 km de guirlandes » qui ont été posés cette année sur différents secteurs de la ville. Les guirlandes représentent 6 000 ampoules et 600 000 LED. Et à cela s’ajoutent 1 kilomètre de guirlandes LED, 1 500 ampoules et 30 boules lumineuses pour le sapin de la place Jean Jaurès. Compter deux mois pour l’installation et cinq semaines pour la dépose, qui démarrera le 5 janvier. Soit onze semaines de boulot pour quatre semaines d’illuminations.

Les services de la mairie ne pouvant tout gérer, faute d’avoir un nombre de techniciens suffisant, ils font appel à des entreprises privées pour l’installation et le retrait des motifs lumineux. Entreprises qui bien évidemment facturent leurs services, pour un coût total de 300 000 euros à la charge de la Ville (en 2007, la facture s’élevait à 320 000 euros). L’achat d’ampoules, cordons, guirlandes et éléments divers de raccordement représente une dépense de 30 000 euros en 2014. Et la location de motifs, qui sont régulièrement renouvelés, coûte 70 000 euros. Soit une facture totale pour des illuminations éphémères de 400 000 euros.

En 2006, Jean-Patrick Gille, qui était alors premier adjoint et responsable des illuminations, parlait « d’augmenter » tous les ans le nombre de dispositifs lumineux : « Ce qu’on essaie de faire chaque année, c’est de renouveler (…) on a renouvelé beaucoup de choses [cette année], on le voit tout le centre-ville a été refait ; on essaie d’augmenter, de faire qu’il y en ait un peu plus dans les quartiers. » L’idée forte, comme le rappelait un journaliste de TV Tours dans un reportage du 1er décembre 2006, c’est « l’augmentation » à tout prix : « L’esprit, c’est de faire toujours plus ». Si l’on s’appuie sur le quasi doublement du nombre de motifs lumineux entre 2007 et 2014, on peut constater que cet esprit demeure. A l’époque, M. Bois expliquait au Canard du coin : « Vous savez ce que c’est, chacun veut sa petite guirlande maintenant ».

Faire venir du monde en centre-ville

Les journalistes du Canard s’étaient interrogés sur cette volonté d’augmentation à tous prix, ainsi que sur le but et l’intérêt de ces dispositifs. Et Jean-Jacques Hebras, président de l’UCAT (Union Commerciale et Artisanale de Tours) et organisateur à l’époque d’une « élection de la plus belle vitrine » les avait mis sur la voie : « C’est inévitable. Si vous éclairez vos boutiques, si vous les décorez… Y a ce côté féérique, on est des grands enfants, on reste enfants quelque part (…). La magie des vitrines… quand elles sont belles on s’arrête tous devant ». A propos des illuminations, son emphase se transforme en une simplicité qui traduit son émerveillement : « Quand on voit la rue Nationale…c’est beau ». Aux yeux du commerçant, le but des animations et illuminations « c’est toujours la même chose : c’est à dire faire venir du monde en centre-ville, attirer un maximum de monde pour qu’ensuite ils rentrent dans nos commerces. » C’est gentiment dit, et surtout clairement.

En 2007, il existait un partenariat entre la mairie de Tours et l’association des commerçants pour l’organisation d’événements pendant la période des fêtes. A la lecture du programme des « festivités » de décembre 2014, cet esprit de partenariat demeure. Et d’après la Nouvelle République, ce sont les sociétés EDF, McDo et APVL qui ont mis la main à la poche, à la demande de la mairie, pour faire venir Philippe Candeloro à la patinoire installée place Anatole France ; une dépense de 6 500 euros, qui paraît négligeable vu les 400 000 euros déboursés par la mairie pour les seules illuminations.

Revenons à l’article du Canard du coin :

Bénéficiant des retombées économiques de ces animations, la participation des commerçants aux dépenses engagées serait la moindre des choses, pensent les petits naïfs que nous sommes… Eh bien, non, ce n’est pas le cas. En fait, ce n’est plus le cas car fut un temps, reculé, il y a bien longtemps (personne n’a pu nous préciser quand exactement…), les commerçants de la ville louaient ou achetaient les motifs lumineux, la ville s’occupant quant à elle uniquement de leur installation comme nous l’explique M. Hebras : « Nous les achetions avant, c’était la ville qui les installait (…). Si vous voulez, depuis quelques années, c’est vrai que la ville par elle-même a pris en charge beaucoup de choses, que ce soit l’installation, la désinstallation, la consommation des guirlandes ».

Ces pratiques de partage des coûts ont donc disparu sans que nous ayons bien compris ce qui s’était passé. Y a-t-il eu une décision d’arrêt unilatérale des commerçants ? Un accord mutuel ? Une volonté de la mairie de tout gérer pour maîtriser pleinement l’image de la ville ? Nous ne saurons rien de plus.

Ce qui est sûr c’est que la situation arrange bien les marchands de cadeaux : « C’est vraiment la ville qui prend en charge ces choses-là, quand on voit le coût que ça représente, la location des nacelles, etc. (…) ce sont quand même des décors coûteux et c’est bien sûr très difficile, faut pouvoir les changer, les louer (…). La ville aimerait bien que chaque quartier prenne en charge ses propres guirlandes… mais c’est tellement compliqué… Indirectement ou directement, on les paye avec nos impôts ».

Un bon chiffre d’affaires pour l’économie locale ?

On comprend bien l’intérêt économique qu’y trouve M. Hebras, représentant les commerçants de la ville. On comprend moins la stratégie de la ville, qui aurait pu choisir d’en faire moins au moment du désengagement des commerçants alors qu’elle a choisi d’en faire toujours plus. M. Bois du Service technique n’a pas voulu (pas pu ?) nous donner plus d’explications… mais confirme nos analyses quand il avance, en parlant des commerçants : « Nous on leur dit, hein, c’est quand même pour vous qu’on le fait ».

Les illuminations de Noël existeraient notamment pour permettre aux commerces de faire de bons chiffres de fin d’année (dans un souci de soutien de l’économie locale) et le manque de soutien financier des principaux intéressés semble un peu dur à avaler. Et ça ne semble pas près de changer si on en croit, pour finir, M. Hebras : « Plus on avance, plus les choses sont réellement de mieux en mieux. Cette année il y a vraiment une entente avec l’UCAT et la mairie, la CCI [2] pour essayer de construire quelque chose… ».

La ville de Tours n’en est pas pour autant une exception. En France comme ailleurs, les villes sortent le grand jeu, investissant quantité d’énergie (et d’argent) pour réussir leurs fêtes de fin d’année. Et réussir ses fêtes, c’est d’abord obtenir un bon chiffre d’affaires pour l’économie locale. Et rendre heureux le promeneur, qui pour offrir du bonheur, sort son porte monnaie. Depuis quand le bonheur s’achète-t-il ?



Notes

[1Chiffres de 2007.

[2Chambre du Commerce et de l’Industrie.

Participez !

Ce site est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !