Parcoursup : nouvelle journée de mobilisation lycéenne à Tours

Après les journées des 9 et 10 avril, qui ont vu les lycéen-nes et étudiant-es s’unir localement contre la loi ORE, la mobilisation s’amplifie ce jeudi 12 avril : quatre lycées ont été bloqués.

  • Manifestation des lycéen-nes en cours à Tours

    La manifestation partie de Grandmont s’est dirigée jusqu’au lycée Balzac puis se dirige vers la rue Nationale.

0 | 10

Ce jeudi matin, très tôt, un peu plus d’une centaine de lycéen-nes ont mis en place le blocus de quatre établissements de Tours. Après le lycée Balzac, ce sont les lycées de Grandmont, Paul Louis Courier et Vaucanson qui sont eux-aussi bloqués.

A Grandmont, alors que la reconduction du blocus du lycée pour demain a été voté à l’uninamité par les 200 élèves rassemblés devant les grilles de l’établissement, une manifestation est en train de s’organiser aux alentours de 10h, avec un ralliement progressif à la Faculté des Tanneurs. D’ici-là, il a été décidé d’aller débrayer les amphis de Science du site Grandmont de l’Université de Tours. Des lycéen-nes qui vont chercher des étudiant-es, c’est rafraîchissant.

Entretemps, deux enseignants de ce même lycée ont témoigné anonymement de leur soutien au choix des étudiants de faire barrage à la loi ORE, y compris par le blocus : « ils ont raison », « ce sont quand même eux les premiers concernés ». Avis globalement partagé par les parents d’élèves croisés en ville qui reconnaissaient une « incertitude pesante » pour l’avenir de leurs enfants avec cette réforme, regrettant seulement le manque de communication (et donc leur méconnaissance) du mouvement lycéen localement.

Ces derniers jours les soutiens aux étudiant-es et lycéen-nes mobilisés se sont multipliés à Tours. D’abord, les départements de Géographie et de Sociologie ont annoncé leurs refus de procéder au tri des bacheliers, le personnel de l’Université rassemblé en Assemblée Générale a ensuite apporté son soutien à la mobilisation tout en condamnant toute intervention des forces de l’ordre. Enfin, le Conseil Académique de l’Université a quant à lui voté la motion suivante :

L’université de Tours, réunie en conseil académique le 10 avril 2018, souhaite accueillir l’ensemble des candidats en première année de licence dans les filières non sélectives et qui sont en capacité de les accueillir. Elle rappelle son attachement aux valeurs démocratiques et d’ouverture qui prévalent dans l’enseignement supérieur en France.

La mobilisation ne faiblit donc pas, au contraire.

Tract distribué devant le lycée Grandmont

Rappelons que les lycéen-nes et les étudiant-es mobilisé-es dénoncent la mise en place d’une sélection à l’entrée de l’Université avec toutes ses conséquences : mercantilisation des savoirs, privatisation de l’université, abandon des filières non marchandes...

P.-S.

Contacts possibles : Facebook (étudiant-es contre la loi Vidal - Tours), Twitter (@CollectifEtu37)