Se Connecter

Inscription

Teknival à Pernay : communiqué des sound systems

|

Dans un communiqué, les acteurs de l’événement qui a réuni 60 000 personnes au cours du week-end du 1er mai reviennent sur le déroulement et le contexte de cette manifestation festive.

Depuis plus de 25 ans, le mouvement dit de la « Free Party » s’est implanté en France. Depuis plus de 25 ans, la seule réponse apportée par les différents gouvernements qui se sont succédés n’a été que la répression. Les concertations entre les différentes institutions et les acteurs de la Free Party n’ont abouti à aucune solution pérenne. Bien au contraire, le gouvernement n’a fait qu’exacerber les tensions en jouant la politique de l’autruche. Le sentiment de ras-le-bol a provoqué une série de mobilisations, que ce soit des teknivals dans les champs et/ou des « manifestives » dans les rues, pour dénoncer cette situation et demander des avancées concrètes dans les négociations. Les lois qui nous régissent s’inscrivent dans le cadre de l’anti-terrorisme. Pourtant nous ne sommes que des artistes et des fêtards prônant l’autogestion et la solidarité !

Le règne d’Hollande arrive à son terme avec un bilan extrêmement lourd. Le nombre de saisies a explosé de manière exponentielle, les violences policières sont devenues monnaie courante et le nombre de blessés a donc augmenté en conséquence. Si les autorités disposent facilement de moyens pour réprimer les petits événements, il n’en est pas de même quand les sound systems se rassemblent en Teknival. En 1993, le premier Teknival s’est fait en réponse à l’interdiction d’un événement Tekno. Près de 25 ans plus tard et en l’absence d’un dialogue sincère et concret avec les autorités, nous avons été obligés, une fois de plus, de nous mobiliser pour nous faire entendre. Plus de 60 000 personnes ont répondu à cet appel et près de 150 sound systems venus de toute l’Europe ont participé à l’élaboration de ce projet. C’est la plus importante mobilisation non déclarée à ce jour. L’unité de notre mouvement est bien là, lorsque l’on nous attaque, nous répondons de manière festive mais déterminée !

La mort d’une personne sur le Teknival a créé un choc d’autant plus grand que la gestion sanitaire et sécuritaire de l’événement était irréprochable. Tous les services de secours étaient sur place et la coordination entre sound systems et services de l’État a été exemplaire. Même si le risque zéro n’existe pas, nous entendons la douleur des proches et leurs questions. Nos pensées vont vers eux dans cette épreuve.

Toutefois nous sommes écœurés de voir l’utilisation prosélyte qui a été faite de cet accident tragique. Une fois de plus cet incident a été utilisé par une partie de la presse pour stigmatiser la culture Tekno, les articles insistant sur le nombre d’évacuations sans jamais les mettre en comparaison avec les autres types d’événements. En effet, à fréquentation équivalente, les chiffres sont quatre fois inférieurs à ceux des événements similaires mais encadrés par l’État, et dix à vingt fois inférieurs à ceux des festivals commerciaux ou des fêtes populaires régionales.

Les participants à ce genre d’événements ne viennent pas en consommateurs mais en acteurs et cela fait toute la différence. Il en résulte une culture forte de l’autonomie et de la solidarité qui permet de faire face à la plupart des situations.

La Free Party continue de grandir et nous ne sommes pas près de disparaître ! Il est temps que les gouvernements à venir le comprennent et l’acceptent. Nous exigeons donc :

  • L’arrêt immédiat et définitif des saisies de matériel sono. Suppression de l’amendement Mariani [1].
  • L’arrêt immédiat des procédures abusives contre les organisateurs et les participants.
  • La possibilité d’avoir accès aux terrains publics inutilisés et exploitables pour nos fêtes.
  • Un vrai changement dans la façon dont les mairies nous répondent quand nous les contactons.
  • Un vrai soutien pour les actions de réduction des risques, car NOUS sommes responsables !

Collectif des Sound Systems Acteurs du Teknival du 1er mai 2017



Notes

[1L’amendement Mariani, ou « amendement anti rave » soumet les teufs à une obligation de déclaration préalable, sous peine de confiscation du matériel.

Participez !

Ce site est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !

Soutenir par un don