Se Connecter

Inscription

Sanitas : contre les destructions, mobilisation des habitant-es pour la visite de l’ANRU le 11 mai

|

Avec la descente à Tours de l’Agence Nationale pour la Rénovation Urbaine ce jeudi 11 mai, le sort du Sanitas, visé par un projet de renouvellement urbain, se précise. Les habitant·es se mobilisent, comme en témoigne ce tract diffusé sur les écoles, le marché et dans les boites à lettres.

Les habitant-es du quartier Sanitas-Rotonde disent : « Non à la démolition des logements ! Oui à la rénovation/réhabilitation ! »

Une restructuration/rénovation urbaine est en projet sur le Sanitas et à la Rotonde : Tours-Habitat et la mairie de Tours envisagent la démolition de 450 logements dans différents endroits du quartier. L’Etat validera ou non la destruction de ces logements dans un dossier qui concerne aussi l’agence postale et les commerces, les écoles, les abords des bâtiments et éventuellement le déplacement du marché.

Nous dénonçons l’absence d’informations et de concertation entre le maire, Tours Habitat et les locataires depuis que le projet a été signé le 8 avril 2016. La loi impose par exemple une maison du projet, toujours inexistante à ce jour.

  • Jeudi 11 mai à 18h30 au Palais des sports (salle Danton), les financeurs de ce « projet d’intérêt national » tiennent une réunion publique : nous appelons les habitant-es y participer massivement pour s’informer et porter leurs revendications.
  • Tous les vendredi à partir de 10h au marché Saint Paul, retrouvez le collectif des habitant-es et les associations de locataires pour un point info.

Un budget de l’État conséquent peut permettre une rénovation du quartier et une meilleure qualité de vie pour ses habitant-es. Cette rénovation doit se faire avec les habitant-es du quartier, comme c’est prévu par la loi, et pour les habitant-es du quartier.

Nous revendiquons en particulier :

  • la rénovation/réhabilitation en s’appuyant sur les exemples réussis notamment de la Place Anne de Bretagne et de l’Allée de la Bourdaisière : mises aux normes, construction d’ascenseurs rendant ces logements accessibles à tout-es (notamment aux personnes à mobilité réduite) et permettant aux personnes âgées de rester à leur domicile dans de bonnes conditions.
  • la mixité sociale par l’augmentation d’au moins 30% du plafonds de revenus qui ouvre l’accès au logement social et des moyens pour garantir la cohésion sociale notamment avec la présence de professionnels (indépendants des bailleurs sociaux et des collectivités territoriales) d’accompagnement et de prévention sur le terrain. Mais aussi des moyens pour l’école avec des classes supplémentaires et des enseignant-es en nombre suffisant.

Signez et faites signer la pétition, rejoignez le collectif des habitant-es mobilisé-es avec l’aide des associations de locataires (CNL, CSF, INDECOSA CGT) et ATD Quart Monde !

Prochaine réunion du collectif, samedi 13 mai à 14h30 au centre sociale Pluri’elles (6 Avenue du Général de Gaulle).

PDF - 152.9 ko