Se Connecter

Inscription

Première rencontre pour un Front social à Blois le 16 juin

|

À l’image de nombreuses autres villes, Blois est en train de créer son Front social. Objectif annoncé : réunir toutes les bonnes volontés pour résister aux politiques du Président Macron et de son gouvernement. Le collectif à l’origine de cette initiative a d’ores et déjà lancé un premier appel et invite les citoyens concernés, les syndicats et les partis à se réunir vendredi 16 juin à 20 heures sur la Place de la République à Blois.

Un inquiétude nationale...

Au lendemain de l’élection d’Emmanuel Macron, un Front Social se réunissait à Paris pour « faire pression » et résister notamment à la casse annoncée du modèle social français [1].

Depuis, ce mouvement composé de syndicalistes, de militants, d’activistes, d’associatifs et de citoyens inquiets, se développe et essaime dans de nombreuses villes françaises.

...et locale

Blois est la première ville en région Centre à constituer son Front social. Il faut dire que la ville n’est pas épargnée par les difficultés (fermeture de l’usine Germanaud, pauvreté à 25%). La situation n’est pas plus glorieuse pour le reste du Loir-et-Cher.

Ainsi, un collectif s’est formé pour mettre en place un Front social à Blois et dans ses environs. Constitué de militants et de « non-encartés », il souhaite développer l’expérience du front social dans la ville de Louis XII et François Ier.

Une première rencontre prévue

Ce Collectif pour un Front social à Blois a lancé un premier appel sur sa plateforme Facebook et a d’ores et déjà invité les citoyens concernés, les syndicats et les partis à se réunir.

Cette première rencontre aura lieu le vendredi 16 juin à 20 heures, place de la République à Blois.

Le collectif, qui appelle à unir toutes les forces « au-delà des différences » , espère que la rencontre de vendredi aboutira à la création effective d’un Front social à Blois et en Loir-et-Cher.

Il y a urgence

Certains pourraient s’interroger sur le calendrier de ce premier rassemblement qui intervient juste avant le second tour des législatives. Le collectif tient à rappeler que la situation est particulièrement urgente.

En effet, Emmanuel Macron et ses ministres ne s’en sont pas cachés : ils souhaitent faire passer la Loi Travail pour la rentrée de septembre. Le planning extrêmement serré implique une concertation limitée voir quasi inexistante.

Le président ne s’y est pas trompé en faisant démarrer sa loi Travail avant les élections législatives. Pour le collectif, il ne s’agit donc pas de précipitation : il s’agit de ne pas se laisser distancer.


P.-S.

Plus d’infos sur le collectif : https://www.facebook.com/FrontSocialBlois/


Notes

[1Parmi les autres revendications de ce mouvement, on trouve la justice sociale, la fin de l’état d’urgence, l’arrêt des grands projets inutiles et imposés (GPII) et la transition écologique.