Se Connecter

Inscription

Mort d’Angelo Garand : « C’est pas une bavure policière, c’est rien d’autre qu’une exécution »

|

Dans une vidéo publiée le 1er avril 2017, la sœur de l’homme tué par les gendarmes dans un petit village du Loir-et-Cher remet en cause la version servie par le procureur de Blois. Angelo Garand était recherché parce qu’il n’avait pas réintégré la prison de Vivonne après avoir bénéficié d’une permission de sortie.

La vidéo publiée sur Youtube montre la sœur d’Angelo, Aurélie, qui répond aux propos tenus par le procureur de la République dans un reportage de France 3. Angelo Garand a été abattu par les gendarmes dans la ferme familiale le 30 mars. La section du GIGN basée à Tours avait été appelée en renfort pour procéder à son interpellation. Il n’avait pas réintégré la prison de Vivonne après avoir bénéficié d’une permission de sortie en septembre 2016. Du côté des gendarmes, on plaide la légitime défense.

Aurélie Garand revient d’abord sur les termes employés par les autorités, qui qualifiaient « l’évadé » d’homme « potentiellement dangereux » :

« Ce n’est pas un évadé. J’appelle pas ça un évadé, j’appelle ça un déserteur. Un évadé pour moi c’est quelqu’un qui déploie des moyens... On lui a donné la permission [de sortir] ! Vous dites que c’est un individu dangereux... C’est vous qui lui avez donné la permission ! Si il était si dangereux, pourquoi vous l’avez laissé sortir ? Pourquoi tout ça ? »

Elle explique ensuite que tous les membres de la famille présents à la ferme ce jour-là ont été violemment interpellés.

« Ils ont interpellé mes parents, mon frère, ma belle-sœur, jetés comme des chiens... Mes parents handicapés, malades, sous-oxygène, ma mère greffée, mon père... Tout. Horrible. »

Elle s’interroge sur la disproportion que représente le fait d’envoyer le GIGN pour procéder à l’interpellation d’Angelo (qui purgeait une peine liée à des vols).

Vos hommes, c’est des commandos. Déjà, y a un problème. On envoie pas des commandos chez n’importe qui. Pas pour des individus comme lui, non, je suis désolée. (...) Pour des gens qui tuent, pour des gens qui font du mal à d’autres gens, mais il a jamais fait de mal à personne.

Elle poursuit :

« J’appelle pas ça une bavure policière, ni quoi que ce soit. Pour moi c’est une exécution. C’est tout ce que c’est. (...) C’est l’exécution de mon frère, devant mes parents, chez nous. C’est grave. »

Elle revient sur la reconstitution organisée le lendemain de la mort d’Angelo :

« Pourquoi vous vous avez eu votre reconstitution et nous on l’a pas eue ? Pourquoi on a pas de nouvelles nous ? On apprend quoi ? Qu’il a été touché de trois balles, apparemment. On apprend ça où ? Par les pompes funèbres. C’est aux pompes funèbres de nous donner... ? »

Elle évoque ensuite l’important déploiement de gendarmes organisé par le préfet du Loir-et-Cher suite à la mort d’Angelo (dans La Nouvelle République (31/03/2017), on peut lire : « A la suite du décès de l’homme, d’importants moyens, des renforts en gendarmes mobiles, ont été déployés, en lien avec le préfet, a indiqué, hier soir, le procureur de la République Frédéric Chevallier ») :

« Ça marchera pas comme vous l’espérez, à mettre vos moyens en place en espérant les émeutes, comme vous avez fait la dernière fois. C’est de la manipulation. La dernière fois c’est comme ça que ça s’est passé, le final ça a été quoi ? Les gens qui ont fait ça ils ont été en prison parce que juste ils ont voulu que la vérité soit mise sur le tapis, c’est tout. Et c’est eux qui ont été prison. »

Enfin, elle évoque d’autres victimes de la police :

« Tous les gens qui ont été tués par les gendarmes, comme ça, qu’on prend pour n’importe qui, que ce soit des manouches, des gitans, ou même seulement des arabes... Les gens aussi... Les petits jeunes au transfo [1]. Y a plein de trucs comme ça. (...) C’est pas normal. Ça passera pas. (...) On fera des marches, on fera des groupes de soutien. Mais voyez tous la vérité en face : c’est pas une bavure policière, c’est rien d’autre qu’une exécution, c’est juste ça, c’est tout ce qu’ils ont fait. »

Sur la plateforme Leetchi, où une caisse de soutien a été mise en place par la famille pour les frais d’obsèques d’Angelo et pour les frais d’avocat à venir, Aurélie Garand affirme aussi :

« Tout a été très vite plusieurs hommes sont sortie cagoulés, mon frère s’est réfugié dans la grange, il n’était pas armé contrairement à ce qu’ils ont pu dire à peine ils sont rentrés dans la grange les coups de feu ont retenti, Angelo a été exécuté sans sommation. »

Illustration : bastian.



Notes

[1Elle fait ici référence à la mort de Bouna Traoré et Zyed Benna, qui s’étaient réfugiés dans un transformateur EDF pour fuir la police et y avaient trouvé la mort.

Participez !

Ce site est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !