Se Connecter

Inscription

Le collectif Albert Thomas appelle à manifester le 22 avril

|

Le collectif Albert Thomas organise une manifestation pour réclamer un logement décent pour tous, l’abrogation du traité de Dublin, et l’arrêt immédiat des reconduites à la frontière, et la régularisation de tous les sans-papiers.

La situation des personnes à la rue, en situation régulière ou exilées sur notre territoire ne s’améliore pas, que ce soit pour les plus précaires, les demandeurs et demandeuses d’asiles, les dubliné-es [1], les débouté-es [du droit d’asile] et tous les autres…L’Etat ne respecte pas ses engagements et les pouvoirs publics fuient leurs responsabilités. Et le sujet reste absent des débats politiques en cette période propice d’élections présidentielles.

En Touraine, tout s’est accéléré depuis le début de l’hiver et la liquidation de l’association Accueil Albert Thomas le 22 décembre entrainant initialement la fermeture du foyer. Après plus de trois mois d’autogestion réussie par les résidents, la Croix Rouge Française a été choisie par la DDCS pour la reprise de l’activité. Si la lutte a permis qu’aucun résident ne dorme à la rue durant l’hiver et que le gymnase soit finalement mis à disposition des sans-domicile du département, les conditions de reprise restent insatisfaisantes : obligation de quitter le foyer entre 8h et 18h et obligation d’appeler le 115 [2] chaque jour, sans garantie de place le soir. La promesse faite par la DDCS que tous les résidents accèdent à une procédure normale de régularisation n’est pas tenue à ce jour. De nouveau le 115 est saturé, refusant chaque jour des mises à l’abri et laissant des personnes à la rue.

Les résidents des CAO de Saint-Pierre-des-Corps, de Grandmont et du Sanitas continuent de recevoir chaque jour de la part de la préfecture d’Indre-et-Loire des procédures dites « Dublin », destinées à les expulser du territoire français. La fermeture des CAO est annoncée pour la fin juin. Et tout ça dans l’indifférence des histoires de vie des résidents bien souvent dramatiques qui les ont contraints à faire le dur choix de l’exil.

Nous refusons le discours de la quasi intégralité de la classe politique française qui, chaque jour, lie migration et délinquance, terrorisme et chômage, et sommes solidaires. Les comités de soutien et les résidents sont désormais réunis sous le nom de Collectif Albert Thomas afin de défendre collectivement les droits des personnes, quelle que soit leur situation administrative.

Le collectif Albert Thomas, fort de sa lutte pour le maintien du foyer éponyme, revendique :

  • un logement décent pour tous ;
  • l’abrogation du traité de Dublin et l’arrêt immédiat des reconduites à la frontière ;
  • la régularisation de tous les sans-papiers.

Et appelle à un rassemblement samedi 22 avril à 15h place Jean Jaurès.

Albert Thomas, les CAO, toujours dans la lutte pour le droit humain !


P.-S.

Plusieurs organisations dont le Réseau Education Sans Frontière (RESF) se joignent à ce rassemblement.


Notes

[1Les dubliné-es sont des migrant-es relevant du règlement dit Dublin III (2013) stipulant qu’elles et ils doivent obligatoirement demander l’asile dans le premier pays où leurs empreintes ont été prises et donc inscrites au fichier européen Eurodac : un-e migrant-e rentré-e en Europe par exemple par la Grèce doit être renvoyé dans ce pays pour pouvoir déposer une demande d’asile.

[2Numéro vert national pour les « sans abri » ; géré sur le département par l’Entr’Aide Ouvrière.

Participez !

Ce site est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !