Se Connecter

Inscription

Foyer Albert Thomas : petites manœuvres et gros mensonges

|

Depuis l’annonce de la fermeture du foyer Albert Thomas, on assiste à diverses manœuvres d’élus, anciens élus et représentants politiques. Certains ont été reçus ce lundi par la préfecture, alors que la demande d’entretien des résidents et du comité de soutien restait sans réponse. Mardi 10 janvier, à l’occasion de ses vœux aux habitants de Tours Est, le maire répondait à l’interpellation du comité de soutien en l’accusant de « récupération politicienne de la misère ». De son coté, la préfecture met fin dans un courrier à tout espoir de dialogue.

Après l’enfumage de l’ancien élu PS Alain Dayan détaillé dans l’article Socialisme ou Babary... Le flamboyant retour d’Alain Dayan, une farandole d’élus et représentants politiques ont continué à palabrer sans ménagement, contribuant à ce que les revendications des résidents du foyer et du comité de soutien ne soient pas entendues.

Petit retour sur les positions des élus dits « de l’opposition »

Le 30 décembre, une manifestation se rendait du foyer Albert Thomas à la mairie puis à la préfecture, à l’initiative des résidents et du comité de soutien. Josette Blanchet, conseillère municipale d’opposition membre du Parti Communiste Français (qui a fait partie de la majorité de Jean Germain pendant des années), s’est mise en avant sans aucune gêne, d’abord en donnant des interviews à la presse au sein du foyer à 8h30, puis en prenant la tête du cortège pendant quelques minutes — le temps des photos. Enfin, alors que le cortège arrivait à la mairie, Josette alla de son petit discours révolté sur les marches du bâtiment, sous le regard médusé des résidents du foyer. Elle disparaitra ensuite, alors que le cortège se dirigera vers la préfecture afin d’obtenir un rendez-vous.

Sur cette photo, on voit Josette Blanchet (accompagnée de Pierre Texier, également conseiller municipal d’opposition) en tête de cortège, agitant un tract récupéré au vol. Ce tract a été rédigé au foyer la veille à 22h par le comité de soutien, imprimé le matin avant la manifestation. Elle n’était alors jamais venue au foyer rencontrer les résidents ou prendre connaissance du dossier auprès des salariés ou du comité de soutien, et n’avait quasiment aucune connaissance de la situation. De nombreuses personnes ont été écœurées par le manque de respect dont témoignent ces manœuvres qui décrédibilisent, au-delà de sa propre personne, la parole du parti qu’elle représente.

Dans un autre genre, l’élu écologiste Emmanuel Denis a sollicité la ministre du logement, Emmanuelle Cosse, qui faisait partie du même parti que lui jusqu’à son entrée au gouvernement. Dans l’article qu’a consacré La Nouvelle République à ce sujet, rien n’est dit sur le comité de soutien avec qui cette sollicitation avait été débattue quelques jours avant. La brève met en avant le conseiller municipal écologiste (peut-être malgré lui), et la réponse de la ministre n’apporte ici rien de concret, la prise de position s’arrêtant à l’expression d’un espoir quant à un rapide dénouement de la situation et pour la préservation du centre d’hébergement d’urgence. Aucune mention des revendications débattues la veille avec M. Denis.

Une délégation mystère qui double les résidents et le comité de soutien

Enfin, ce lundi 9 janvier, une délégation d’élus locaux a été reçue par la préfecture. Les résidents et le comité de soutien n’ont été informés que le soir même, lorsque certains élus sont venus se pavaner au foyer — sans pour autant apporter de réponse lors de l’AG quotidienne du comité de soutien et des résidents. Ces derniers n’avaient alors toujours pas reçu de réponse à la demande de rendez-vous remise en main propre le 30 décembre, date à laquelle les élus faisaient un communiqué de presse de leur coté, en marge de la manifestation.

Un membre du comité de soutien confiait le soir même :

« Ces personnes et les partis qu’elles représentent font de l’enfumage et récupèrent les revendications des résidents dans leurs communiqués de presse sans s’être même donné la peine de les rencontrer. Ils ne sont pas légitimes pour représenter quoi que ce soit devant les autorités, leur manque de connaissance du dossier a été prouvée plusieurs fois déjà (ils pêchent indirectement leurs informations). Ils nuisent d’après moi à l’avancée des revendications clairement exprimées et n’ont surtout aucun poids face aux autorités. Cela leur a été clairement signifié mais l’agenda politique et leur carrière semblent peser plus lourd que le sort des personnes mises ici en péril par la liquidation.

Pour preuve, Alain Dayan (pourtant pris à parti quant à son passé à la mairie sous Jean Germain et à son attitude déplacée ici) a encore émis un communiqué de presse via le Parti Socialiste qui appelle à la manifestation du jeudi 12 janvier tout en reprenant vaguement les revendications des résidents. On pourrait estimer que ce cela pèse en faveur des résidents mais alors pourquoi doubler en douce ces derniers lors d’un rendez-vous en préfecture pour les résultats que l’on connait ?... si il n’y avait que ça... ces personnes n’ont pas honte et ont la mémoire bien courte. »

Obscure scission des autorités entre les appartements et le foyer gérés par l’association Albert Thomas

L’association Albert Thomas avait en charge, en plus du foyer situé rue Albert Thomas, six appartements. Ces derniers accueillent encore à ce jour des familles, femmes avec enfants et mineurs isolés.

Rien n’a été communiqué à ces personnes concernant la poursuite de leur hébergement ou à fin des baux dans le cadre de la liquidation. Cette situation est absente des débats, mais le comité de soutien s’est récemment mobilisé sur cette question afin de faire le clair sur la distinction entre le foyer et les appartements. Quid des élus qui connaissent si bien le dossier ?

Déjà, lors d’une rencontre avec la DDCS le 21 décembre, des salariés ainsi que des membres du comité de soutien ont alerté la directrice-adjointe ; l’association étant en cours de liquidation, les personnes en appartement n’avaient alors pas reçu l’allocation de subsistance qui leur est absolument nécessaire. Le lendemain, l’aide leur parvenait mais l’absence de perspectives sur leur hébergement post-liquidation demeure encore à ce jour.

Finalement, après avoir apostrophé lors de ses vœux (voir plus loin), le maire de Tours Serge Babary a annoncé à la surprise de tous que « les baux des appartements ont été repris par l’association Entraide Ouvrière ». Aucun appel d’offre n’a pourtant été émis par la DDCS à ce jour en vue de la reprise de la gestion du foyer Albert Thomas ou des appartements.

Les diverses réponses de la préfecture ; dénis de dialogue et claquage de porte

Dès l’annonce de leur transfert vers un gymnase à Noël, les résidents et le comité de soutien ont détaillé les raisons pour lesquelles ils refusaient cette proposition. Leurs revendications, clairement énoncées via communiqué de presse, lettre à la mairie et à la préfecture, tracts, pétitions [1], accompagnaient une simple demande d’entretien en mairie et en préfecture. Ce lundi 9 janvier, une fois encore, la préfecture répond par communiqué de presse, exprimant implicitement son refus de dialoguer [2].

Le préfet s’en remet une nouvelle fois à la procédure de liquidation, réaffirme le souhait de voir les résidents rejoindre le gymnase Paul Racault, et détaille ensuite les différents traitements qui seront envisagés individuellement selon les situations administratives des résidents. Pour finir, il est annoncé qu’un appel à projet sera lancé très prochainement afin d’assurer la conservation des 36 places d’hébergement d’urgence.

Le plan reste de reclasser les résidents selon leur statut, ce qui laisse présager, vu les procédures en cours sur le territoire, l’expulsion des personnes dites « dublinables » [3].

Le lendemain, mardi 10 janvier, le comité de soutien a reçu par mail une première réponse à ses demandes d’entretien. Les propos sont sans appel et traduisent une fin de non-recevoir :

« Dans un Etat de droit où la séparation des pouvoirs est garantie, il ne revient pas à l’autorité administrative de s’immiscer dans une procédure juridictionnelle, en l’occurrence la liquidation judiciaire prononcée par le TGI. Celle-ci a été initiée par l’association elle-même, charge désormais au liquidateur mandaté par le juge de clôturer les comptes et de mettre fin aux activités de l’association. »

L’État botte en touche, et les élus qui avaient obtenu un entretien la veille semblent eux-même discrédités, tant l’absence de perspectives de dialogue est claire.

Le pompon revient au maire de Tours lors de ses vœux...

Le même jour, le maire de Tours entamait son tour de vœux par le quartier du Sanitas. Après l’avoir laissé faire l’intégralité de son discours, des membres du comité de soutien l’ont interrogé sur le « cri du coeur » qu’il avait lancé dans la NR au sujet des SDF en février 2015, quand il déclarait qu’il était « inadmissible que des gens dorment dans la rue ».

Après avoir parlé des travaux de voirie qui lui sont chers, M. Babary a nié que des personnes dorment sur ces mêmes trottoirs et que le 115 puisse laisser sans réponse d’hébergement entre 80 et 100 personnes chaque soir [4]. Mais le maire de Tours ne s’est pas arrêté là. Il a mis en avant que la Ville, en plus de la mise à disposition des murs, ne finançait l’association Albert Thomas qu’à hauteur de 20 000 euros par an, contre 400 000 pour l’État, et que celui-ci était donc responsable du contrôle de la gestion de l’association. Le maire ment sur les chiffres, la Ville étant engagée sur l’exercice 2017 à hauteur de 80 000 euros, les 20 000 euros annoncés n’étant qu’une avance.

Aussi, le maire de Tours a exprimé le souhait que le foyer Albert Thomas soit réservé pour l’accueil de SDF, estimant que le lieu était mal utilisé compte tenu de sa vocation initiale, l’hébergement d’urgence. Il fait ici écho aux propos de M. Gabillaud (le directeur de la DDCS) sur TVTours, qui annonçait vouloir privilégier l’accueil d’un public dit « traditionnel »... Il est bon de rappeler que le foyer Paul Bert, qui est également un centre d’hébergement d’urgence, mais géré par le Centre Communal d’Action Sociale et donc la ville de Tours, accueille lui aussi plus de 80% de demandeurs d’asile.

Enfin, véritable bouquet final de son feu d’artifice de mauvaise foi, de méchanceté et de mensonge, M. Babary a accusé lâchement les citoyens et associations qui ont apporté leur soutien aux résidents depuis l’annonce de la fermeture du foyer.

Ses propos sont clairs :

« Les résidents ne sont pas allé dans le gymnase Paul Racault sous la pression des associations dont vous faites partie. »

« Vous profitez d’un sujet sensible pour faire monter la pression. »

« Si vous aimez tant ces gens, assurez la gestion quotidienne, allez leur apporter de la nourriture. »

Comme si les habitants et les associations diverses avaient attendu ses vœux pour venir en aide aux résidents depuis des semaines en pleine période de fêtes.

« La population n’est pas venue pour entendre vos propos mensongers. »

« La mairie n’est pas concernée mais pour des raisons politiciennes d’associations très engagées, vous voulez nous faire porter le chapeau. C’est loupé, parce que on connait bien le système, alors merci beaucoup et on passe à table... »

Applaudissements de l’assistance avant d’aller partager la galette de l’Épiphanie. Quelques minutes plus tard, deux camions de police arrivent alors à toute allure. Des policiers en gilets pare-balle et munis de flash-ball pénètrent en hâte dans la salle. Tout juste sortis, les membre du comité de soutien les aiguillent : « Ils sont à l’intérieur ! ils sont à l’intérieur ! »

Avec le franc-parler et la finesse qui le caractérisent, M. Babary accuse donc ouvertement les associations et habitants de manipuler les résidents à des fins politiciennes, de les mettre en danger dans des locaux sans surveillance, et accuse l’État d’être responsable des dérives de l’association par manque de contrôle. [5]

Les résidents semblent donc être pris en tenaille entre :

  • le liquidateur qui renvoie la balle à la préfecture et à la mairie ;
  • la préfecture qui annihile tout espoir de dialogue se cachant derrière le tribunal de grande instance ;
  • la mairie, M. Babary et toute l’équipe municipale qui vous souhaitent leurs meilleurs vœux et accusent l’État, les habitants et les associations qui se sont mobilisés ;
  • et les élus qui brassent de l’air en faisant de la récupération, chacun à leur manière...

Néanmoins, l’ensemble des résidents souhaite remercier vivement toutes les personnes qui les ont aidé et soutenus en ces temps difficiles depuis le 21 décembre. Ils espèrent qu’ils seront entendus et qu’un suivi de ceux qui sont le plus vulnérables sera effectif, même après le dénouement final de la situation du foyer Albert Thomas.

Face aux propos honteux tenus le 10 janvier par la mairie, et face au jeu de la préfecture, la mobilisation du jeudi 12 janvier à 18h place Jean Jaurès prend d’autant plus de sens. Nous espérons qu’elle traduira par sa taille la réponse des habitants aux propos de M. Babary.



Notes

[1La pétition a recueilli plus de 400 signatures à ce jour.

[2La préfecture avait en effet déjà émis un communiqué de presse pour seule réponse, tout comme la mairie, en répétant les mêmes consignes.

[3Ces personnes sont susceptibles d’être renvoyées vers le premier pays par lequel elles sont entrées sur le territoire européen, afin d’y présenter une demande d’asile.

[4Ironie du sort, ce soir-là l’Ordre de Malte avait déplié une tente d’accueil de solidarité rue Nationale, recevant des sollicitations jusqu’à sa fermeture autour de 22h.