Se Connecter

Inscription

Accueil des exilés : on évacue à Paris et on expulse à Tours

|

Après 45 jours d’assignation à résidence, deux résidents du CAO de Saint-Pierre-des-Corps se sont vu notifier des avis d’expulsion vers l’Allemagne et l’Autriche par la préfecture d’Indre-et-Loire. Communiqué du collectif de soutien de Saint-Pierre-des-Corps.

Près de 2 500 migrants ont été évacués vendredi dernier de campements installés depuis plusieurs semaines porte de La Chapelle, dans le nord de Paris [1]. Ces migrants ont été « triés » et répartis dans différentes structures, en fonction de leur situation administrative.

Les pratiques évoluent aussi dans les CAO (Centres d’Accueil et d’Orientation) de Touraine : plusieurs migrants de ces structures ont été récemment orientés vers des établissements similaires, à Pithiviers, Bourges, etc. pour être remplacés par de « nouveaux » arrivants. Un simple jeu de chaises musicales ou un moyen d’insécuriser encore plus cette population ?

Plus grave, plusieurs migrants du CAO de St Pierre ont été récemment assignés à résidence (pointage au commissariat durant 45 jours) [2], avant que la préfecture ne leur remette des billets de train et avion vers le dernier pays qui les a « enregistrés » avant leur entrée en France (Italie pour les uns, Allemagne ou Autriche pour les autres…). Il est clair que pour des réfugiés déjà déboutés de leur demande d’asile, c’est la garantie d’une 2ème expulsion directe vers leur pays d’origine. En n’obtempérant pas, ces réfugiés déclarés « en fuite » en France peuvent être placés en centre de rétention et expulsés, lors d’un simple contrôle d’identité ou d’une descente de police dans leur lieu d’hébergement.

Le Collectif migrants de St Pierre-Des-Corps, soutenu par le Collectif Albert Thomas, s’insurge contre cette politique de « tri » et d’expulsion mise en œuvre par le gouvernement. Une telle politique peut conduire à un renvoi massif de migrants, pour toutes sortes de raisons et en s’abritant derrière des réglementations communautaires, même comme nous le vérifions aujourd’hui à Tours, si cela concerne des réfugiés qui ont subi des persécutions dans leur pays d’origine. L’Union Européenne considère par exemple que l’Afghanistan est dorénavant un pays « sûr » (nous en doutons fortement) et n’hésite pas à renvoyer des réfugiés afghans vers ce pays. Et la France, un pays d’accueil ?

Illustration : CAO et CHU gérés par la société d’économie mixte ADOMA, 215 avenue Stalingrad, 37700 Saint-Pierre-des-Corps.



Notes

[1Note hors communiqué : le vendredi 18 août, 2 459 personnes ont été « évacuées » des campements situés dans le nord de Paris, et ont été réparties dans vingt centres d’accueil d’urgence.

[2Note hors communiqué : les deux ressortissants visés devaient pointer tous les 3 jours au commissariat de Tours. Sans ressources, ils étaient pourtant tenus de se rendre du CAO de Saint-Pierre jusqu’au commissariat central de Tours. Ils auront finalement été accompagnés au commissariat par des membres du comité de soutien durant les 45 jours d’assignation.

Participez !

Ce site est ouvert à la publication. La proposition d’article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !

Soutenir par un don